Fermer

Recherche avancée 

Sélection actuelle

Zone
Saison
Productline

Annuler

Trois façons de lutter contre les mauvaises herbes sans désherbant

Le glyphosate est un produit très utilisé pour lutter contre les mauvaises herbes. Mais selon l’Organisation Mondiale pour la Santé il est probablement cancérogène. A Bruxelles, la Commission Européenne doit décider si l’utilisation du glyphosate sera autorisée dans les quinze prochaines années. Une majorité de la Chambre des Députés néerlandaise a indiqué vouloir interdire ce pesticide. En dehors des Pays-Bas, la France, la Suède et l’Italie ont également fait savoir lundi qu’elles étaient pour une interdiction du glyphosate.

1. Semer sur du papier
Diverses entreprises développent des méthodes et machines pour lutter contre les mauvaises herbes avec moins de pesticides ou même sans produits chimiques du tout. Aux Pays-Bas, une méthode a été testée l’année dernière par Delphy, un partenaire indépendant pour le conseil et la recherche pour les secteurs végétaux, afin d’améliorer la qualité des carottes. En semant les carottes sur des bandes de papier et en les recouvrant de sable ou de compost, on peut maîtriser la croissance des mauvaises herbes. En limitant les mauvaises herbes, les producteurs ont besoin de moins de pesticides.

2. Eliminer les mauvaises herbes à la machine
Les machines peuvent également lutter efficacement contre les mauvaises herbes. Un exemple en est le robot Bonirob. Ce robot a été développé par Deepfield Robotics, une filiale du groupe Bosch, et rend la culture rentable et plus efficace. Le Bonirob identifie les mauvaises herbes grâce à un logiciel intelligent. Le robot détruit ensuite les mauvaises herbes indésirables en les enfonçant dans le sol avec une barre de fer. De cette façon on a besoin de moins de produits chimiques. Une machine similaire a été développée par Blue River Technology.

3. Lutte contre les mauvaises herbes par pulvérisation de débris
Aux Etats-Unis les chercheurs de l’Université de l’Illinois ont trouvé une méthode permettant de luttter contre les mauvaises herbes par pulvérisation de débris. A l’aide de petites quantités de débris, provenant de coquilles de noix ou de farine de soja, les tiges des mauvaises herbes sont endommagées. Les mauvaises herbes ne peuvent pas ainsi se développer. Cette méthode ne fait pas la distinction entre les plantes et les mauvaises herbes de sorte qu’elle ne convient pas pour tous les végétaux.

Source : duurzaambedrijfsleven.nl